AFEI

Accueil » Dernières infos de confinement sur les violences faites aux femmes
Mots-clefs : , ,

Dernières infos de confinement sur les violences faites aux femmes

CRISE SANITAIRE  : RAPPEL DES DISPOSITIFS POUR PROTÉGER LES FEMMES VICTIMES DE VIOLENCES CONJUGALES

Ce contexte sanitaire inédit constitue un facteur aggravant pour les femmes victimes de violences conjugales et leurs enfants lorsqu’ils sont confinés avec leurs agresseurs. Il est important de rappeler que l’ensemble des différents dispositifs d’alerte et de secours sont actifs et opérationnels pour écouter, secourir et protéger les personnes victimes de violences à l’intérieur du foyer.

Si elles se sentent en danger, les femmes peuvent quitter leur domicile avec leurs enfants à tout moment, et ce sans devoir disposer d’une attestation. Les policiers et les gendarmes ont été formés à ces situations d’urgence.

Les dispositifs destinés à protéger les femmes victimes de violences conjugales ainsi que leurs enfants demeurent actifs et opérationnels.

  • Rappel des dispositifs d’alerte et de secours :

En cas d’urgence et de danger immédiat :

  • Appeler le 17
  • Utiliser le 114 par SMS

Pour un conseil, une orientation ou signaler un fait de violences :

  • Appeler le 39 19 : numéro gratuit et anonyme fonctionnant du lundi au vendredi de 9h à 22h, ainsi que les samedis, dimanches et jours fériés de 9h à 18h
  • Signaler votre situation sur Internet via la plateforme dédiée fonctionnant tous les jours sans exception, 24h/24 avec un tchat non traçable : ARRETONSLESVIOLENCES.GOUV.FR
  • France victimes : 116 006

Depuis le confinement, les personnes victimes ont également la possibilité de se signaler, à tout moment et sans attestation, auprès de leur pharmacien qui contactera les forces de l’ordre.

  • Mise en place d’un partenariat avec Uber

À partir du 28 octobre et jusqu’au 31 mars 2021, Uber propose 2 000 courses gratuites mises à disposition de la Fédération nationale solidarité femmes en charge du 39 19 afin de mettre à l’abri les femmes victimes de violences en situation d’urgence.

Une première expérimentation de ce type avait été menée durant la période de confinement entre mars et juin 2020.

  • Prise en charge des femmes victimes de violences

Le Gouvernement s’engage pour consolider et développer des structures dédiées à la prise en charge des femmes victimes de violences

Dans un communiqué de presse en date du 23 octobre 2020, la ministre déléguée auprès du Premier ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, se réjouit de l’adoption par les députés de l’amendement du Gouvernement au projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) actuellement en cours d’examen à l’Assemblée nationale, visant à créer une « mission d’intérêt général » consacrée au financement de structures dédiées à la prise en charge des femmes victimes de violences.

  • Création des centres de prise en charge des auteurs de violences

Le 27 octobre également, un autre communiqué soulignait qu’à l’issue du Grenelle des violences conjugales lancé en septembre 2019, le Gouvernement a acté la mise en place de centres de prise en charge des auteurs de violences conjugales (CPCA) afin de favoriser la prévention du passage à l’acte et de la récidive. Le ministère indique que 16 centres de prise en charge des auteurs de violences conjugales sont en train d’être créés en 2020.

INFORMATIONS – CONFINEMENT

  • ACTIVITÉ DES ASSOCIATIONS

La dérogation autorisant les déplacements pendant le confinement pour motifs de « participation à une mission d’intérêt général sur demande d’une autorité administrative » (article 4 I 8° du décret EUS- Etat d’Urgence Sanitaire) inclut les missions exercées par des bénévoles pour le compte d’associations chargées d’une mission d’intérêt général (pour les salariés, ils sont en tout état de cause couverts par la dérogation prévue pour l’activité professionnelle).

Laisser une réponse