AFEI

Accueil » Remise de la médaille de la ville d’Allevard à Aline Haberer – Allocution de Philippe Langénieux-Villard, Maire
Mots-clefs : , , , , , , , ,

Remise de la médaille de la ville d’Allevard à Aline Haberer – Allocution de Philippe Langénieux-Villard, Maire

Distinction Aline HABERER 2015            2

Etaient présents aux côtés d’Aline Haberer : de gauche à droite, Arlette Gervasi, vice-présidente de l’AFEI,Elisabeth Fabre, présidente d’honneur de l’AFEI, Marie-Françoise Prost-Baudry, Présidente de l’Observatoire Isérois de la parité, Aline Haberer, Brigitte Périllié et Nathalie Béranger, co-présidentes de l’AFEI et le maire d’Allevard

 

Discours du maire,  Philippe Langénieux-Villard

Il y a deux manières de se faire une opinion d’une personne. Soit, être à son contact, soit de regarder son profil sur internet.
On découvre alors, qu’Aline a contribué par souscription à l’achat de « l’Aretin » d’Ingres par le musée des beaux-arts de Lyon, permis à de jeunes artistes de percevoir leur premier cachet professionnel à l’occasion du premier festival des voix à Allevard, lutté contre la fermeture du centre d’art contemporain du Crestet, ou encore, contre la fermeture du refuge de l’aigle dans le parc des Ecrins…
Aline Haberer se bat sur tous les fronts : celui de la culture, celui de la santé et celui de la parité notamment.
Il était temps qu’Allevard l’honore, par une décision municipale prise à l’unanimité, même si, j’en conviens, cette distinction remise par mes soins peut surprendre.
Nous avons été très longtemps face à face. On peut s’étonner de nous retrouver cote à cote…
C’est le danger des étiquettes, qui posent des masques sur le visage de l’autre…

Aline est une femme loyale, respectable et honorable.
Elle ne manque d’aucun toupet quand il faut en finir avec une situation scandaleuse.
Elle ne manque d’aucune persévérance si une cause l’a convaincue.

Je l’ai vue se battre pour le cinéma de Belledonne à Allevard dans les années 1986, s’engager sans compter pour initier le centre de la voix à Allevard, s’investir à Montalieu, à la maison de la culture de Grenoble.
Elle a défendu la cause des femmes en politique. A juste titre. Car j’ai constaté qu’en politique, les femmes étaient plus inflexibles que les hommes. Vous ne lâchez rien, tandis que les hommes ont parfois le goût du compromis. Votre force les aide.
Elle s’est battue pour améliorer l’accompagnement des femmes atteintes du cancer du sein qui frappe une femme sur 8. Une sacrée bataille, personnelle et collective.

La médaille de la ville est une modeste reconnaissance, même si elle est sincère et assez rare. Vous méritez davantage, et j’espère pouvoir vous aider à recevoir une distinction nationale.

Dans votre histoire, élue régionale et municipale pendant plusieurs mandats, il y a une phrase très belle que vous avez prononcée à l’occasion d’une célébration du 8 mars, jour de la fête des femmes.
Vous avez dit que votre maman n’avait eu le droit de vote qu’en 1944, alors qu’elle avait risqué sa vie dès 1942 pour la résistance.
Oui, la reconnaissance est souvent tardive…
Je suis fier, au nom des Allevardins, de vous témoigner la nôtre.

 

Laisser une réponse